Tourbe durable

Tourbe durable

Les professionnels de l’industrie reconnaissent la tourbe de sphaigne canadienne comme étant la base supérieure pour les mélanges horticoles sans sol. En effet, elle a une grande capacité de rétention de l’eau, de l’air et des éléments nutritifs, ainsi qu’un pH réglable, un poids léger, une faible teneur en sel, une composition homogène et une grande stabilité structurelle, et elle est exempte d’insectes nuisibles.

Le marché des producteurs professionnels a besoin d’un approvisionnement fiable en mélanges sans terre pour répondre à la demande du marché de détail et du marché professionnel des produits verts, tout en minimisant les coûts, en maintenant la qualité des produits et en respectant les délais de livraison. Les détaillants et les consommateurs de produits pour la maison et le jardin comptent également sur la tourbe comme principal composant des terreaux et des amendements de sol de jardin.

leader-in-sustainable-canadian-sphagnum-resources_fr
AdobeStock_292532561

L’industrie nord-américaine de la tourbe se caractérise par un petit nombre de participants à long terme avec des clients diversifiés, mais fidèles. La majorité des tourbières du Canada sur lesquelles les participants de l’industrie détiennent des droits contiennent des espèces du genre Sphagnum, source de la tourbe de la plus haute qualité à des fins horticoles. De nombreuses caractéristiques font de la tourbe de sphaigne une ressource unique. Elle augmente naturellement la rétention de l’eau en retenant jusqu’à 20 fois son poids en eau, réduit le lessivage des éléments nutritifs, améliore la structure et le drainage du sol, augmente la capacité de tamponnage du pH du sol et est naturellement exempte de mauvaises herbes et d’agents pathogènes. Les producteurs canadiens sont ainsi les principaux fournisseurs de tourbe sur le marché horticole nord-américain.

Malgré la supériorité de la tourbe de sphaigne canadienne comme milieu de culture, l’industrie nord-américaine bénéficie d’importantes barrières à son entrée. Elle a besoin de capitaux importants pour développer les tourbières et établir des installations de transformation et des réseaux de transport. De plus, il existe une demande accrue de tourbe durable et de la recherche et des ressources nécessaires pour répondre à cette demande.

Faits sur la tourbe


Group 192

Sun Gro® n’dentifie et n’exploite que des tourbières qui peuvent être remises dans leur état antérieur (marécages, habitats fauniques ou terres agricoles).

Group 192

Sun Gro® récolte la tourbe avec soin afin d’en faciliter la restauration.

Group 192

Le Canada a plus de 281 millions d’acres de tourbières (25 % des réserves mondiales).

Group 192

La tourbe récoltée améliore la santé des plantes et des sols partout où l’on en fait usage.

Group 192

La tourbe pousse plus de 60 fois plus vite qu’on la récolte.

Group 192

La tourbe est abondante et durable sur le plan de l’environnement.

AdobeStock_182298142

Engagement en faveur du renouvellement des tourbières

Environ 25 % des tourbières du monde entier se trouvent au Canada, où il y en a 281 millions d’acres (113,6 millions d’hectares). Moins de 0,03 % des tourbières canadiennes ont été récoltées pour contribuer à l’embellissement de notre environnement et à la culture de millions de plantes en pot. Selon une étude réalisée en 2015 par l’Association de la tourbe de sphaigne canadienne (CSPMA), l’industrie canadienne de la tourbe horticole exploite moins de 71 000 acres (29 000 hectares) de ces tourbières à l’échelle nationale. Parmi celles-ci, 41 180 acres sont actuellement en production, 17 750 acres ont été restaurées ou remises en état, 10 650 acres sont en attente de restauration et 1 420 acres ont été converties à l’agriculture ou à d’autres utilisations des terres. En outre, la quantité de tourbe récoltée chaque année dans les tourbières canadiennes est près de 60 fois inférieure à l’accumulation annuelle totale de nouvelle tourbe.

Les entreprises de tourbe respectueuses de l’environnement, telles que Sun Gro® Horticulture, préservent les tourbières canadiennes en tant que ressource renouvelable abondante grâce à la bonne gestion de la restauration des tourbières. Nous restaurons nos tourbières après la récolte afin de garantir qu’elles restent saines et productives pour les années à venir. Une fois la récolte terminée, nous laissons une couche de tourbe naturelle pour permettre la succession naturelle et nous poursuivons activement la restauration des tourbières. Seules les tourbières qui peuvent être restaurées en zones humides, en habitats de la faune ou en terres agricoles sont sélectionnées pour la récolte.

Engagement en faveur de la recherche et du développement sur les tourbières

Afin de soutenir les efforts de restauration des tourbières, Sun Gro soutient les recherches menées par le Groupe de recherche en écologie des tourbières (GRET) de l’Université Laval, à Québec, au Canada. Ces recherches visent à accélérer la restauration des tourbières après récolte afin qu’elles puissent produire plus efficacement de la nouvelle tourbe à récolter. Sun Gro travaille également en étroite collaboration avec le gouvernement canadien et d’autres leaders de l’industrie pour trouver de nouvelles façons d’accélérer la régénération des tourbières. En fait, les deux entités ont contribué à hauteur de plus de 2 millions de dollars à la recherche sur la restauration des tourbières, y compris les recherches menées par le GRET. Cette démarche s’est avérée fructueuse. Les nouvelles recherches sur la restauration des tourbières indiquent que la régénération peut être accélérée grâce à une technique de transfert développée au GRET.

Selon Stéphanie Boudreau, biologiste (M. Sc.) et coordonnatrice scientifique de l’Association des producteurs de tourbe horticole du Québec et de la CSPMA : « Grâce à la technique de transfert de la couche muscinale élaborée dans le cadre du programme de recherche du GRET, un couvert végétal dominé par les sphaignes est rétabli dans les 3 à 5 ans suivant la restauration. »

Group 126
AdobeStock_355475740

Exploitation de la tourbe

La récolte de la tourbe se fait dans une fenêtre temporelle étroite. Dans les tourbières du nord du Canada, la saison de récolte va d’avril à octobre, avec 40 à 50 jours de récolte appropriés pendant cette période.

Une tourbière doit être préparée pour la récolte. Elle est d’abord drainée des eaux proches de la surface et débarrassée de toute végétation de surface. Ensuite, elle est hersée à une profondeur de 3 à 4 pouces pour exposer la couche supérieure de la tourbe au soleil et au vent. Une fois séchée, la tourbe est aspirée à l’aide de machines à récolter. Une récolteuse sous vide peut en récolter en moyenne 100 acres par jour.

Une fois récoltée, la tourbe est stockée en grandes piles, ou tas, à côté de la zone de la tourbière avant d’être transportée vers une installation de traitement. Pour une tourbière typique, la tourbe de qualité professionnelle la plus précieuse se trouve près de la surface. Au fur et à mesure que la profondeur de récolte augmente pendant la durée de vie de la tourbière, le volume de tourbe de qualité professionnelle plus ancienne et plus décomposée augmente. La récolte d’une nouvelle tourbière est généralement de 75 % de tourbe de qualité professionnelle et de 25 % de tourbe de qualité commerciale.

responsible-peatland-management_fr

L’Association de la tourbe de sphaigne canadienne (CSPMA)

Sun Gro Horticulture est membre de la CSPMA. Fondée en 1988, la CSPMA fait la promotion des avantages de la tourbe auprès des horticulteurs et des jardiniers amateurs de toute l’Amérique du Nord, tout en encourageant la préservation et les mesures de remise en état responsables des tourbières canadiennes. L’organisation est composée des principaux producteurs et distributeurs de tourbe de l’Amérique du Nord et représente 95 % de la production totale du Canada. Le Canada, premier producteur et exportateur mondial de tourbe horticole, produit plus de 98 % de la tourbe de sphaigne canadienne utilisée aux États-Unis.

La CSPMA prend une position proactive sur les questions environnementales et encourage la sensibilisation à une gestion environnementale responsable des tourbières. Elle a un programme scientifique actif et finance régulièrement la recherche et le développement dans ce domaine. Elle promeut également des initiatives politiques et de gouvernance aux niveaux national et international et préconise une gestion environnementale responsable des tourbières par le biais de magazines spécialisés et d’une campagne active avec l’American Nursery and Landscape Association (ANLA).

canadian-sphagnum-peat-moss_fr

Principales initiatives illustrant la position proactive de la CSPMA


Group 192

Adoption d’une politique de préservation et de remise en état (révisée en 1999)

Group 192

Publication d’un document de réflexion sur l’exploitation de la tourbe canadienne et l’environnement (deuxième édition, 2001)

Group 192

Création d’une étude comparative sur la durabilité en 2009 (PricewaterhouseCoopers)

Group 192

Obtention de la certification SCS Veriflora Peat Management en 2011 (Science Certification Systems, Californie)

Group 192

Embauche d’un coordonnateur scientifique national en 2012

Group 192

Approbation d’initiatives politiques, notamment l’approbation en 2011 de la stratégie pour une gestion responsable des tourbières (Société internationale de la tourbe)

La CSPMA maintient des affiliations avec de nombreux groupes environnementaux respectés

 

La CSPMA est affiliée à de nombreux groupes environnementaux respectés, tels qu’Environnement Canada, le Conseil nord-américain de conservation des zones humides et Canards Illimités Canada, tout en travaillant avec des représentants des gouvernements provinciaux et fédéral. Elle est membre du Conseil canadien pour les entreprises et la biodiversité (CCEB), de la Garden Writers Association, du Mulch and Soil Council et de la Société internationale de la tourbe, dont le siège est en Finlande.

40045_en_3c83d_42669_environment-and-climate-change-canada
Screen Shot 2021-11-22 at 4.42.04 PM
ducks-unlimited-canada_fr
canadian-business-and-biodiversity-council_fr
f8c97e93494e834d87216855dcad2403
index
1d77847fd07ba65ed868825ec5011509

Articles

b7bdfb01b1ea0b55c9ecd731a186f4a1

Behind the Business: Bogs, Barges and Uncle Sam

Sun Gro may today be the largest producer and distributor of peat moss and peat-based growing media in North America, but when it was founded as Western Peat Company in Vancouver, British Columbia, in 1929, it was strong backs and sharp shovels…

LIRE LA SUITE

9f92177f3c8f8085af1fc2792d5ec4f6

Mixing it up: Growers are always looking for a new growing advantage.

Growers are continually looking for the holy grail of soilless potting mixes. Such as mix would be economical, easy to handle, porous but able to retain the right amount of moisture, hold nutrients, and of course, improve crop performance and…

LIRE LA SUITE

Ressources

Lisez notre FAQ sur la responsabilité environnementale     LIRE LA SUITE

Lisez notre brochure sur la durabilité     LIRE LA SUITE


(1) Tous les chiffres sont fournis par Statistique Canada.

(2) Les niveaux de production de 1999 et de 2000 ont augmenté en raison de l’accroissement des exportations pour répondre à la demande accrue hors des frontières résultant de niveaux de récolte anormalement bas en Europe.
Pour en savoir plus, contactez l’Association de la tourbe de sphaigne canadienne.

(3) Jesse Vernon Trail. 2013. The Truth about Peat Moss. The Ecologist.

(4) Statistiques de la CSPMA de 2015 sur les superficies de tourbières gérées pour l’exploitation de la tourbe horticole au Canada.

(5) Christopher Craft. 2016. Peatlands. Creating and Restoring Wetlands, 161-192.